[HISTOIRE HALLOWEEN 2] Il était une fois l’Automne

[HISTOIRE HALLOWEEN 2] Il était une fois l’Automne

En hommage au magicien de Lobel…


Il y avait une fois, une Fée.

Une petite Fée muette qui passait son temps à rêver.

Une fée appelée Citrouille.

Elle avait beaucoup de difficulté à s’intégrer dans la société des Fées, car elle avait du mal s’exprimer et à se faire comprendre. Ne sachant parler, elle écrivait et dessinait beaucoup. Elle inventait toutes sortes d’objets, de machines, de décorations… Elle avait beaucoup d’idées ! Mais ça ne plaisait pas trop qu’une Fée aussi jeune se mêle des affaires de la société et tente de la changer.

Les idées de Citrouille lui jouaient parfois de mauvais tours. Elles venaient à se matérialiser quand elle n’avait pas encore terminé ou prenait la poudre d’escampette à peine avaient-elles été réalisées. Citrouille dormait mal et n’arrivait pas à expliquer à ses parents tout ce à quoi elle pensait.

*

Un jour, l’une de ses idées sortit de sa tête et elle ne put la rattraper. Une idée toute bête, mais qui fit beaucoup de dégât : une soirée spéciale chaque année dédiée à l’Autre Monde. Mais elle n’avait ni la date ni les détails : il était beaucoup trop tôt pour que l’idée s’en aille vagabonder ainsi !

Dans l’Autre Monde, ce fut la pagaille, car tous voulurent se préparer pour cette surprenante soirée. Or aucun chef n’était au courant de quoi que ce soit. Très vite, on comprit que Citrouille était derrière tout ça et on fut déçu. Vraiment déçu que cette soirée n’ait pas été correctement organisée.

La petite Fée fut montrée du doigt et comme elle fut incapable de s’expliquer, elle partit s’enfermer dans sa cabane et refusa de sortir. Même ses parents ne purent l’approcher. Si personne ne voulait de ses idées, alors que faire ?

Quand l’arbre dans laquelle elle s’était réfugiée réchauffa son petit cœur, elle eut une idée.

*

Citrouille rejoignit la grande forêt qui dissimulait l’Autre Monde aux yeux de l’humanité. L’été touchait à sa fin, car il faisait déjà un peu plus froid, mais les arbres restaient verts.

Extrayant ses idées une par une grâce à sa baguette, la petite Fée les cacha une par une dans chaque feuille de chaque arbre, pensant ainsi y revenir plus tard lorsqu’elle aurait vraiment besoin de les utiliser. Comme ça, elle choisirait une seule idée à la fois et il n’y aurait plus de dégât.

Citrouille ne vit pas que plus elle avançait, plus les feuilles se transformaient pour se parer d’éclatantes couleurs : jaunes, orange, rouges parfois même violettes. Il y avait de nouvelles odeurs ; des odeurs de mousse et de rosée. Le sol se recouvrait de gland, de bogues, de marrons. Plop ! Poussaient les champignons ! Le vent jouait à cache-cache avec biches et écureuils.

Quand elle eut terminé de cacher ses idées, la forêt en était remplie ! C’est vous dire à quel point sa tête en était pleine.

*

La forêt avait complètement changé.

Dorénavant, plus rien n’était vert, mais ces nouvelles couleurs, Citrouille ne les avait jamais vues ; jamais sur ces arbres millénaires. La petite Fée fut horrifiée : qu’avait-elle donc fait ? Mais les arbres la rassurèrent : comme ils étaient beaux ainsi ! Depuis tout ce temps, leur garde-robe n’avait jamais changé, ainsi ils étaient au fond toujours les mêmes et tellement différents.

Citrouille fut ravie de voir que ses idées ne bouillonnaient plus dans sa tête. Elle se sentait plus libre et plus légère, mais elle savait qu’elle pouvait revenir quand elle le souhaitait pour récupérer une idée et en faire quelque chose de bien abouti.

Soudain, elle fut frappée derrière la tête par son idée de soirée spéciale qui revenait la tourmenter. Mais loin de l’embêter, l’idée vint doucement flotter devant ses yeux attendant une réaction de sa part.

Citrouille réfléchit en observant la forêt parée de ses nouvelles couleurs. En inclinant la tête à droite, les feuilles devenaient un peu plus jaunes. À gauche, elles devenaient un peu plus rouges. Si elle souriait, elles prenaient une teinte orange éclatante. Et une grimace ? Alors elles devenaient foncées comme les mûres ! Elle continua ainsi quelque temps. Les arbres gardèrent bien enfermées ses idées tout en jouant avec la Fée. Et quand une feuille tombait au sol, l’idée s’évaporait, mais il y en aurait bien d’autres après et ça Citrouille l’avait compris.

L’idée de soirée spéciale brilla de plus en plus fort. Elle brilla tellement fort que de l’autre côté de la barrière, on vit la forêt toute d’or et de sang vêtue.

Ainsi naquit l’Automne.

Et par d’autres brillantes idées, la Fée Citrouille devint Fée des Saisons.

*

Mais nous avons oublié quelque chose… La soirée spéciale de l’Autre Monde ? Cette idée : où est-elle passée ?

Et bien, chaque année, pendant que l’humanité lève le nez en l’air pour regarder la forêt changer, dans l’Autre Monde on fait la fête ; une sacrée fête endiablée.

C’est dans cet autre monde où vit la Fée Citrouille, bien cachée derrière une forêt d’idées…

Publicités
[HISTOIRE HALLOWEEN 1] Balais ou baguette?

[HISTOIRE HALLOWEEN 1] Balais ou baguette?

Vous allez voir cette année, c’est incroyable: deux histoires d’Halloween ont germé dans ma petite tête! Et voici donc le premier texte. ^_^

————————————————————————————————————-

Pétronille Pumpklair était une sorcière particulière.

Pratiquant à la fois la sorcellerie et la magie, Pétronille portait chapeau et bottes pointues, assortis d’une robe claire à paillettes et d’une paire de lunettes jaune très voyantes.

 

Pétronille Pumpklair partageait sa vie entre une école de Sorcières et… une école de Fées ! Mais chut, c’était un secret…

*

Âgée de tout juste dix ans, Pétronille allait passer son examen de Sorcière lui permettant ensuite de choisir son activité définitive.

Dans le même temps, elle passerait aussi son examen de Sée lui permettant ensuite de choisir son activité définitive.

En pensant à ces deux futures activités qu’elle ne saurait sûrement pas cacher, Mademoiselle Pumpklair ne vit pas ses tartines tournoyer ! Mais son chat Asperge lui, n’avait d’yeux que pour le beurre tout juste fondu qui goûtait sur la table.

« Enfin Pétronille, réagis ! Ne sois pas toujours dans la lune ! s’écria sa mère en rentrant dans la cuisine. »

 

Ah, la mère de Pétronille…

Mathilda Pumpklair était la… directrice de la plus réputée des écoles de Sorcières ; celle que fréquentait sa fille, bien sûr. Grande Invocatrice, puissante Nécromancienne et Divine Oracle, il serait bien difficile d’arriver à la cheville de Mathilda.

« Mais laisse-la un peu tranquille. Il faut qu’elle travaille son imagination ! rétorqua sa tante. »

 

Ah, la tante de Pétronille…

Anabeth Pumpklair état la… directrice de la plus réputée des écoles de Fées ; celle que fréquentait sa nièce, bien sûr. Grande Sorceleuse, puissante Guérisseuse et Divine Prophétesse, il serait bien difficile d’arriver à la cheville d’Anabeth.

Pétronille soupira et les tartines vinrent se poser à côté de son bol de chocolat. Du matin au soir et du lundi au dimanche, Mathilda et Anabeth se disputaient sans cesse. C’est en partie à cause de leurs chamailleries qu’elles n’avaient jamais découvert le secret de Pétronille. En se disputant ainsi, elles ne se mêlaient pas de ses affaires, mais en même temps Pétronille aurait préféré que sa mère et sa tante s’entendent mieux.

 

La petite sorcière avait un jour mis le débat sur la table : quelle était la réelle différence entre une Sorcière et une Fée ? Que n’avait-elle pas demandé ! À coups de « Mensonges ! » et « Balivernes ! » ou encore « Tête de mule ! » et « Crotte de Licorne ! », Mathilda et Anabeth avaient eu la plus grosse dispute de leur vie. Pétronille s’était réfugiée dans sa chambre avec Asperge.

La petite n’était pas spécialement douée pour telle ou telle activité. Elle ratait souvent ses potions, se trompait dans les formules magiques ou encore ne tenait pas correctement sa baguette. Mais Pétronille avait un don très spécial : celui justement de passer facilement d’un monde à l’autre. Elle savait parfaitement quand faire appel à la sorcellerie et quand faire appel à la magie. Et ça, personne d’autre dans le royaume n’en était capable.

*

Le jour de ses examens approchant, Pétronille Pumpklair était dans un état d’anxiété permanent. Elle parlait très peu et à la cantine, elle se mettait à l’écart pour réviser.

Dans son école (enfin ses écoles !), elle était plutôt populaire, car toujours prête à aider les autres, mais aussi à faire le clown. On aimait son âme d’aventurière et elle était très douée pour raconter les histoires. Chaque année pour Halloween, tout le monde venait écouter les horreurs qu’elle savait inventer.

Ses meilleures amies, Gladys et Morticia ainsi qu’Estralla et Primerose ne la reconnaissaient plus.

 

La soirée d’Halloween de l’année serait pour le moins étonnante…

*

Le soir du 31 octobre, chaque établissement avait été décoré selon les principes mêmes des Sorcières ou ceux des Fées. Pétronille était en panique ! Elle avait tout calculé pour passer son examen de Sorcière en premier puis celui de Fée, mais elle avait peur d’arriver en retard et d’être obligée de s’expliquer.

 

Avant le début des examens, les principales avaient laissé libres leurs élèves dans les belles cours scintillantes de lumières pour l’occasion. C’est dans ses conditions de fête et d’amusement que Pétronille fut témoin d’une incroyable scène.

 

Tout d’abord, pour bien comprendre, les deux écoles se touchent, séparées uniquement par une grande haie de roses multicolores. Une haie dans laquelle il était très facile de se glisser et ça Pétronille le savait puisqu’elle y passait plusieurs fois par jour !

Seulement aujourd’hui, en ce jour sacré d’Halloween, il y avait tellement de monde qu’on ne regardait pas ce que faisaient les autres. Les autres en l’occurrence, c’étaient les apprenties Sorcières Gladys et Morticia, et les apprenties Fées Estralla et Primerose, les meilleures amies de Pétronille.

La jeune apprentie, qui ne voulait pas jouer et restait prostrée sur un banc, rongée par l’anxiété, vit soudain ses deux amies Sorcières se glisser au milieu de la haie, bientôt rejointes par Estralla et Primerose. Après avoir vérifié que personne ne les avait vues, elles papotèrent gaiement.

 

Pétronille se figea.

Et par la même occasion, figea aussi toute la scène ! Elle se rendit vers la haie de roses au ralenti.

Dans chaque petit recoin où l’on pouvait se glisser sans être vu, Sorcières et Fées se cachaient pour rire ensemble et échanger leurs idées sur les examens à venir.

Des larmes coulèrent le long des joues de Pétronille. Vous pensez à des larmes noires ? Bien sûr que non ! Des larmes roses alors ? Évidemment pas ! Mais où allez-vous chercher tout ça !

 

Non. Juste des larmes de petite fille. Car Pétronille venait de comprendre pourquoi sa mère et sa tante n’avaient jamais répondu à sa grande question : évidemment, Sorcières et Fées étaient pareilles !

 

La scène soudain se défigea.

Après avoir respiré une bonne bouffée d’air automnale, Pétronille passa rapidement sa main sur ses yeux. Elle retroussa sa robe et fit claquer ses bottines sur le sol. La jeune apprentie se plaça alors devant le grand bouleau trônant au milieu de l’école des Sorcières. De l’autre côté de la haie, un magnifique sureau, exactement de la même taille, se tenait exactement à la même place.

Posant ses mains sur le tronc de l’arbre, Pétronille inspira profondément et commença une incantation. Une incantation très étrange ; une incantation strictement interdite et bannie des deux écoles, mêlant langage des Sorcières et langage des Fées.

Elle ne vit pas sa mère, Mathilda, arrivée en courant, tout échevelée, lui criant d’arrêter immédiatement.

Ni sa tante, Anabeth, alertée par sa sœur, traversant la haie et surprenant par la même les amitiés interdites.

Ni les élèves qui se cachaient ou restaient à l’observer, droits comme des I.

 

Une énorme racine du bouleau sortit de terre.

Une énorme racine du sureau fit de même.

La haie fleurie, sur leur passage se rompit. Sorcières et Fées se faisaient maintenant face.

Et entre les deux arbres naquit, une gigantesque arche en bois de bouleau-sureau sur laquelle poussèrent instantanément d’énormes roses multicolores.

 

Quand Pétronille rouvrit les yeux, elle faillit s’évanouir tant elle avait été vidée de ses pouvoirs. Elle se tourna vers l’assemblée qui la dévisageait en silence. Mais Pétronille souriait de toutes ses dents. Elle souriait si fort que ses lunettes vinrent se poser sur sa tête !

Car devant elle tout changeait :

Sur les cheveux des petites Sorcières et petits Sorciers apparut une mèche pailletée.

Aur les cheveux des petites Fées et petits Fés apparut une mèche noircie.

*

Depuis ce jour, vous vous en doutez, il n’y a plus d’école de Sorcières ni d’école de Fées ; juste une grande école de magie, pour tous ceux qui veulent la pratiquer !

 

À ce qu’il paraît – enfin c’est ce qu’on m’a dit – elle accueille même cette année une colonie de souris !

Des news!

Des news!

Je suis en plein dans la rédaction de mon prochain recueil de contes, toujours aux éditions du Lumignon et toujours avec Sanoe. J’ai la tête remplie de chocolat pour la bonne cause! :-p

Enfin, sortira le 22 octobre mon prochain album avec Magali Garot, toujours chez Nats Editions: http://www.nats-editions.com/produit/defi-halloween/

De quoi passer un joli moment pour Halloween!

[EN RECHERCHE] Le défi d’Halloween

[EN RECHERCHE] Le défi d’Halloween

Magali Garot et moi-même sommes très prolifiques en terme de projets! 😀 Voici un troisième donc développé avec cette talentueuse illustratrice au pinceau délicat: Le défi d’Halloween.

Accompagnée par son chat Potiron, Azalée est prête pour son initiation au sein du clan des Sorcières Rouges. Elle gagne le cœur de la forêt où un défi éprouvant l’attend. La jeune Azalée deviendra-t-elle, comme sa mère avant elle, une vénérable Sorcière Rouge? 

2

Epique Halloween

Epique Halloween

Cette année c’est ma coéquipière pour le projet Mystérieuses Lucioles qui m’a inspirée pour mon conte d’Halloween.

Lullaby était coincée.

Coincée dans un monde si laid, qu’elle n’osait pas le regarder. Un monde pailleté et coloré où l’on sautait sur des nuages en mousse.

Comme Heimdall, Lullaby était une gardienne ; la Gardienne du passage vers le Monde des Cauchemars.

Ce soir, nous étions le 31 octobre, la nuit d’Halloween ; tous les monstres terrestres viendraient faire la fête au pays des Cauchemars.

Lullaby était coincée. Coincée… au Pays des Rêves !

*

Qu’avait-elle fait ?! Une belle bêtise ! Mais pourquoi diable s’était-elle laissée aller à rêver ? Hum… quelle idée !

Maintenant, il était temps de prendre les choses en main et de sortir de ce Pays nauséabond.

Elle osa relever la tête. Un énorme ballon rouge lui arriva sur le visage qu’elle s’empressa d’enfouir dans ses mains. Lorsqu’elle rouvrit les yeux, un petit humain lui faisait face à quelques mètres. Par des gestes, il lui demanda de lui renvoyer l’objet. Elle découvrit une rangée de dents tranchantes, mais l’enfant lui sourit. Quel petit effronté ! Quelle grossièreté ! Quelle regrettable erreur de la part de ce porcinet !

Lullaby contourna fièrement le ballon en fixant le petit humain de ses yeux jaunes vénéneux. L’enfant n’y prêta pas attention et vint récupérer seul son jouet. Lullaby sentit la colère monter en elle. L’incompréhension aussi. Mais quel est donc cet endroit où on ne respecte pas les Monstres ?

La Gardienne n’eut pas d’autre choix que de visiter ce pays afin d’en trouver la sortie. A force de tourner et de chercher, on finit par la remarquer. On voulut jouer avec elle, parler avec elle et toucher son visage étrange. Morsures, griffures, coups de tête : rien n’y faisait ; on venait toujours vers elle  et personne n’avait peur ! « Diable quelle horreur ! pensa Lullaby en frissonnant. Si un jour je croise Satan, je lui parlerai de cet endroit dément. »

En traversant un parc à la pelouse rose cochon, elle entendit sonner six heures. La nuit commençait à tomber et les « gens » rentrait quelque part qui devait être chez eux. Elle se dit que la nuit serait plus tranquille et que personne ne viendrait la déranger dans ses recherches. Quelle naïveté, Lullaby !

A peine le Soleil s’était-il couché, qu’une cohorte d’anges poupons et de fées élégantes envahirent les lieux. Horrifiée, Lullaby se cacha derrière un arbre, espérant ne pas se faire repérer. Mais un ange blond, sans doute plus intelligent que les autres, vint la déloger. Avec sa trompette en or, il lui susurra une horrible berceuse qui fit couler des pétales de rose d’on ne sait où. Lullaby hurla. Elle courut, courut poursuivie par l’infâme ange poupon au sourire figé comme un clown de cirque.

Quand elle se retournait, la Gardienne le voyait voleter dans le ciel sans nuages, sans pluie et sans fantômes. Soudain, elle se retourna comme une furie et arrêta l’ange, le pointant du doigt avec un ongle pourri :

« Mon cher ami, tu me saoule, je préfère le murmure des Goules ! Aujourd’hui c’est Halloween, pas de place pour le spleen ! »

Alors, avec une révérence bien basse, l’ange poupon s’en alla avec sa berceuse enfantine.

*

Lullaby était enfin seule. Elle pouvait terminer son exploration. Mais où diable était donc la sortie ? Après le parc, elle dépassa des endroits étranges où de petites humaines montaient des licornes colorées. Où de petits humains se battaient avec des hommes en capes. On souriait. On se tapait dans le dos. On s’embrassait. On se cajolait. On riait. On…

Stop !!

Lullaby s’allongea sur le sol. La tête lui tournait et elle avait envie de vomir. De nouveau, elle entendit sonner l’horloge. Il était huit heures. Dans deux heures, la soirée d’Halloween débuterait et si elle n’était pas à son poste, Lullaby serait rayer du monde des Cauchemars. Où irait-elle ? Avec qui partagerait-elle ses journées ? Plus de vampires ni de fantômes. Ni mêmes les fées noires un brin maniérées, mais si délicieusement belliqueuses. Oui, où irait-elle si…

« Oh que Jack O’Lantern me vienne à l’aide !! Vais-je donc finir dans ce maudit pays ?! »

Mais oui, ça serait sans doute sa punition pour avoir déserter son poste !

Lullaby se redressa immédiatement. Elle prit son courage à deux mains, bien qu’il ne lui en restait qu’une, et fonça comme une furie à travers le Pays des Rêves. Tout en marchant, cherchant, fouinant, cassant, elle se répétait sans cesse :

« Vite, vite, faites que je trouve la sortie ! Vite, vite, je veux revoir mon pays ! »

A force de souhaiter, à force de (oui disons-le !) rêver de rejoindre sa patrie, à force de rêver si fort, tout le Pays des Rêves s’arrêta de tourner et devant elle apparut la porte tant désirée.

A bout de souffle, Lullaby poussa le lourd portail et fut aspirée par un tourbillon de nuages roses cochon.

*

La boue amortit sa chute. Elle se trouvait dans un marais puant.

Des chouettes hululaient. Le Soleil s’était couché depuis bien longtemps et une belle Lune blanche brillait.

Lullaby huma l’air avec délice : elle était chez elle !

Elle apercevait le pont suspendu dans les airs menant au Pays des Cauchemars. Elle voyait sa petite lanterne biscornue dont la lumière venait d’une centaine de lucioles, ses compagnes de nuit.

La Gardienne se releva aussi vite que possible malgré la boue qui collait à ses vêtements. Déjà, elle entendait le brouhaha des monstres qui se dirigeaient vers le pont. Elle trébucha. Vite, elle devait être prêt quand le premier monstre montrerait sa tête. Arrivée au début de la passerelle, elle nettoya ses pieds et s’avança. Quel plaisir de se retrouver ici, suspendue au-dessus du marais où les crapauds bluffe déployaient leur gorge humide !

Comme elle le faisait chaque nuit d’Halloween, elle appela ses camarades araignées pour qu’elles prennent place dans la vieille harpe tordue et jouent l’air d’entrée : la Marche des Monstres ; un classique.

Lullaby enleva la boue de ses vêtements puis les lissa avec précaution. Enfin, elle leva les yeux.

Face à elle, vampires, goules, loups garous, fées et elfes noirs, fantômes et dames blanches, s’avançaient joyeusement vers le pont. Fière, la Gardienne se redressa, prête à les accueillir. En soupirant, elle se dit : « N’est-ce pas le plus beau pays ? Le pays le plus merveilleux où tous les monstres sont heureux ! »

021-Dans-la-brume

Mais soudain, levant les yeux au ciel elle sourit.

Car oui, n’est-ce pas grâce au Pays des Rêves que Lullaby est ici ? Ce pays si laid, pailleté et coloré où l’on saute sur des nuages en mousse…

JOYEUX HALLOWEEN!!